Psychothérapie

La Gestalt-Thérapie ou Thérapie du Contact

La Gestalt-thérapie, souvent appelée Gestalt ou Thérapie du contact, est apparue dans les années 50 aux Etats-Unis, sous l'impulsion de Frederick S. Perls, médecin psychiatre et psychanalyste, rejoint dans ses recherches par son épouse Laura Perls et par l'écrivain Paul Goodman.

Introduite en Europe dans les années 70, la Gestalt s'inscrit dans le courant des philosophies et psychothérapies humanistes et existentielles les plus répandues. Elle se pratique dans des contextes et avec des objectifs très divers : en psychothérapie individuelle, en couple, en famille, en groupe, en entreprise sur des activités de coaching professionnel et de développement personnel.

Très orientée sur les émotions dans l'instant ("ici" et "maintenant"), cette approche sollicite de façon cohérente tout le potentiel humain de ressources qui sommeille en chacun de nous : sensoriel, intellectuel, affectif, social et spirituel.

La Gestalt nous apprend que tous les éléments sont interdépendants et c’est la situation totale qui donne le sens. "Le tout est supérieur à l’ensemble des parties …", cette petite phrase aujourd’hui célèbre est le générique de toutes les thérapies dites "holistiques" (du grec holos, le « tout »), dont la Gestalt fait partie.  C’est ce que Perls a résumé par "Gestalt", du verbe gestalten, « mettre en forme, donner une structure signifiante ». Autrement dit, dans cette méthode, chaque élément travaillé – par exemple, la façon dont on s’exprime face à autrui – est toujours replacé dans son contexte global, mis en relation avec les autres éléments de notre personnalité. Le but est de reprendre contact avec soi-même.

Nous passons une partie de notre temps à faire des choses sans être conscient de la façon dont nous les faisons, sans avoir conscience de l’encours de notre être. La gestalt nous apprend à faire la part de ce qui arrive et de ce que nous produisons et nous renvoie à notre responsabilité. "Je ne suis pas responsable de ce que je suis mais je suis responsable de ce que je fais parce que je suis libre et que j’ai toujours le choix", autrement formulé par J.P. Sartre, « L’important n’est pas ce qu’on a fait de moi mais ce que je fais moi-même de ce qu’on a fait de moi ». 

La Gestalt mobilise une dynamique relationnelle. Le Gestalt-Thérapeute dans sa relation avec son Client va l’accompagner dans sa quête de sens, dans une quête d’orientation de sa vie sans vouloir pour lui, sans présupposés. Ce qui est important, c’est que le Client crée sa vie, se sente responsable de l’orientation qu’il donne à sa vie. Le Client va pouvoir passer de son statut de victime impuissante (« Je ne peux pas ») à une personne qui prend la responsabilité de ce qui se passe pour lui (« Je ne veux pas ») pour nommer sa volonté (« Qu’est-ce que je veux ? ») et enfin s’engager dans l’action  ( « Je vais … » ). 

Cette approche, dans l'expérience de la relation qu'elle soutient, développe la création de conditions favorables qui vont permettre à une personne de prendre conscience de ses dysfonctionnements et de ses potentialités et de parvenir à ajuster, de façon créative (on parle "d'ajustement créateur"), sa relation à son environnement et aux autres.

La Gestalt intègre les principes suivants :

  • Principe d’organisation 

Tout comportement prend sens dans un contexte qui lui est propre et ne peut être entendu que dans ses liens essentiels à celui-ci. Nous ne pouvons l’isoler, l’extraire de la situation par laquelle il advient et qu’il contribue à définir simultanément.

  • Le principe de la contemporanéité

Le caractère d’une situation comprend le passé souvenu et le futur anticipé. Ce passé souvenu ne nous intéresse que dans cette observation qui est actualisée "ici" et "maintenant" et qui va permettre de préparer ce qui est à venir, le "next". « Quand le passé n'éclaire plus l'avenir, l'esprit marche dans les ténèbres.» (Alexis de Tocqueville).

  • Le principe de singularité

Chaque situation est unique parce qu’elle appartient à l’ici et maintenant. Elle est radicale nouveauté ce qui exclut toute généralisation abstractive.

  • Le principe de processus changeant

Toute expérience a un caractère provisoire, impermanent. L’ajustement nous permet de soutenir ce que nous savons être mobile. A chaque expérience que je fais, je refais l’expérience en totalité. Rien n’est figé. L’expérience d’un individu en voie de lui-même se construit d’instant en instant. 

  • Le principe d’un possible rapport pertinent

Chaque élément de la situation contribue de façon significative à son organisation, est donc potentiellement significatif. Il n’est pas alors de causalité au sens d’une recherche de ce qui serait premier.

Deux associations professionnelles de Gestalt-thérapeutes

Les Gestalt-Thérapeutes sont représentés par deux associations professionnelles : La Société Française de Gestalt (SFG) et le Collège Européen de Gestalt thérapie (CEGt).

Bibliographie

  • La Gestalt, l’art du contact de Serge Ginger (Marabout)
  • Le Grand Livre de la Gestalt sous la dir. de Chantal et de Gonzague Masquelier (Eyrolles)
  • Comprendre et pratiquer la Gestalt-thérapie de Chantal Masquelier-Savatier (InterEditions-Dunod)
  • Découvrir la Gestalt-thérapie de Martine Périou (InterEditions-Dunod)

Pour plus d'informations, consulter le site gestalt-therapie.org.

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.